• Texte 10

        "Ce garçon que je n’arrive pas à oublier. Il me hante chaque jour, chaque heure depuis notre rencontre.

        A première vue improbable comme entente, on ne se supportait pas. On passait notre temps à se disputer, jamais sur la même longueur d’onde. Avec le recul, je comprends maintenant que ce sont nos nombreuses querelles qui nous ont liées. Il a été le premier à m’en parler, je pensais qu’il rigolait, comme toujours, mais j’ai vite compris que c’était réciproque. On se voyait peu, la faute à la distance. Étonnamment, après cette découverte de nos sentiments, les querelles ont cessées, ou du moins, étaient moins fréquentes. Sa présence qui auparavant m’exécrait, était devenue vitale pour moi. J’attendais chaque jour avec impatience Son message, lorsqu’il ne venait pas, je m’inquiétais. Je souriais chaque fois que je recevais une notification.

        C’était une période sombre de ma vie. Je me sentait mal dans ma peau, je me sentais grosse, je me mutilais, et n’avais plus aucun lien avec qui que ce soit de ma famille. Je me détestait d’être ainsi. Il m’a aidé, ma rendu le sourire, ma fait de nouveau rire, et surtout, il m’a soutenu. Soutien que je cherchais sans jamais trouver. J’étais en même temps en pleine crise adolescente, elle a duré longtemps, il n’est arrivé que sur la fin, une fin de crise assez chaotique.

        Je me sentais en sécurité dans ses bras, la tête contre son torse, pendant qu’il me chuchotait des mots doux. Jamais il ne m’a forcé à faire l’amour avec lui, il me respectait, malgré son âge. Nous avions quatre années d’écarts, ce qui n’a pas empêché que je l’aimais. Personne ne le savait, personne n’aurait compris.

        Je le croyais sincère. Quand le verdict est tombé, que Monsieur s’amusait à draguer mes amies, j’étais tellement en colère que je l’ai quitté, sans aucune justification. Plus tard, je lui ai renvoyé un message, pour expliquer mon départ, et c’est à ce moment-là que j’ai compris. Tout est devenu limpide à mes yeux. Jamais il n’a cessé de m’aimer, jamais il ne m’avait menti, toutes ces histoires de tromperies n’étaient que pur mensonge. Malheureusement, j’étais beaucoup trop fière pour revenir et me faire pardonner, malgré qu’il n’ai cessé d’être bon avec moi, même quand je lui ai craché des horreurs.

        Sa porte sera toujours ouverte pour moi, mais la mienne, s’est verrouillée. Je ne peux pas l’oublier, cela m’est impossible. Je l’aime beaucoup trop pour ça. Je ne pense pas qu’un jour je cesserais de l’aimer. Il continu de me hanter, jour et nuit, à travers de doux et beaux souvenirs."

    Partager via GmailGoogle Bookmarks Blogmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :